La Maison de LANJAMET

seigneurs de Lanjamet

RETOUR


"d'argent à un aigle se sable à deux têtes"


UNE HISTOIRE DE MEURTRE !


Un meurtre  au début du XVIIéme siècle chez les aristocrates de Lamballe...!!

L'histoire rapportée dans cette brève notice montre la haine et la violence qu'engendre la réussite de Salomon de LANJAMET sur son voisinage. 
Cette violence va du vandalisme d'une chapelle, au meurtre du fils aîné, en passant par l'incendie et la destruction de la maison de Salomon de LANJAMET.


1 - Robert de LANJAMET

Robert de LANJAMET, seigneur de Lanjamet, épouse par contrat du  21 septembre 1536, Gilette LANGLOIS, fille de Claude LANGLOIS et de Catherine POULAIN de la maison de la Guévière.

dont:

Salomon de LANJAMET (2)


 2 - Salomon de LANJAMET

Salomon de LANJAMET, seigneur de Lanjamet, épouse demoiselle Jeanne LE VAVASSEUR, fille de Guillaume LE VAVASSEUR, seigneur de Pontily et de Jacquemine HALNA.

Suzanne de LANJAMET, la sœur de Jeanne, épousera le 1er juillet 1609 Raoul de COASQUEN, seigneur de Boisorieux.

L'acte de tutelle qui fut rédigé le 18 novembre 1617, peu de temps après la mort de Salomon de LANJAMET, fut signé par par de nombreux parents du seigneur de LANJAMET dont le seigneur de Vaucouleurs de la Vilandré, la veuve de Messire René de la Rivière, seigneur de Saint-Quilhouet, Messire François Peschart, seigneur de Bienassis, Dame Charlotte de Montmoron, dame de Sévigné, le seigneur Bertho de Lescouët, le seigneur de Boisorieux, de Couasquen, le seigneur de la Ville-Hervé et bien d'autres.

La vie de Salmon de LANJAMET fut très agitée et marquée par de nombreux événements d'une rare violence, son fils aîné fut assassiné, la chapelle du château vandalisée, sa propriété de Lanjamet incendiée puis détruite.

Le 27 janvier 1577, Salomon de LANJAMET fait un acte d'augmentation de la fondation d'une chapelle dans l'église des Augustins de Lamballe comme héritier principal et noble de de défunt Robert de LANJAMET et de Gillette LANGLOIS, ses père et mère, pour entretenir le service de ladite chapelle dans laquelle ses père et mère et prédécesseurs avaient été enterrés.

Le 28 juillet 1588, le sénéchal de Lamballe dresse procès-verbal pour que Salomon de LANJAMET  soit rétabli dans ses droits d'armoiries dans la chapelle de Saint-germain dépendante de la Maison de Lanjamet. Ce droit "d'armoiries et d'escabeaux" avait été contesté par le sieur de LESMELEUC, procureur fiscal de Lamballe et ennemi juré de Salomon de LANJAMET. Salomon obtint la désignation d'un arbitre qui ordonna que les "bancs seraient rafraîchis et les écussons de ses armoiries placés dans ladite chapelle".

Les guerres de la Ligue ne laissèrent pas en paix Salomon, puisque sa Maison de Lanjamet avec "actes et meubles" fut incendiée pendant les guerres de la Ligue comme le montre un procès verbal et une enquête  de témoins en date du 5 mai 1592.

Le procureur fiscal de Lamballe ayant échoué dans son action contre le droit d'écusson de Salomon, celle-ci fut reprise par le seigneur Bertho de Cargouët qui était un gentilhomme puissant dans la région. Celui-ci échoua aussi et Salomon obtint de la juridiction de Lamballe une sentence de "réintégrande" le 2 avril 1597.

Les ennemis de Salomon ne désarment pas, ils pénètrent de nuit dans la chapelle de SAINT-GERMAIN et détruisent à nouveau les écussons aux armes de Salomon de LANJAMET. Cette fois-ci Salomon porte l'affaire devant les présidiaux de Rennes qui rendent le 26 novembre 1613 une sentence qui "adjuge audit écuyer Salomon de Lanjamet la réintégrande des mêmes écussons d'argent à un aigle à deux têtes de sable qui avait été rompu de nuit".

Salomon de LANJAMET est mort en 1617 laissant quatre de ses enfants encore mineurs. Les drames ne s'arrêtèrent pas à la mort de Salomon, quelques années plus tard le fils aîné de Salomon, Jacques de LANJAMET est froidement assassiné par quatre gentilshommes du pays de Lamballe. Après le meurtre, ils s'enfuirent et Jeanne LE VAVASSEUR n'eut de cesse que d'obtenir leur condamnation. Ils furent condamnés à mort par contumace le 20 juin 1625 quelques mois après le mariage d'Anne de LANJAMET avec Christophe CHATON.

Salomon de LANJAMET, eut de son mariage avec demoiselle Jeanne  LE VAVASSEUR:

  1. Jacques de LANJAMET, fils aîné, mort assassiné  par quatre gentilshommes qui partirent en exil et furent condamnés à mort par contumace le 20 juin 1625.

  2. René de LANJAMET, seigneur de Lanjamet, né le 16 mai 1594 et baptisé le 19 à Saint-Jean de Lamballe.(3)

 


3 - René de LANJAMET

 

René de LANJAMET, Lieutenant Grand Prévôt de la Maréchaussée de Bretagne, devenu à la mort tragique de son frère, fils aîné et héritier principal, donna par transaction en forme de partage en date du 24 juin 1624 la somme de 2 500 livres à ses puînés.
René de LANJAMET sera:
          - en 1625, sénéchal de Bécherel,
          - en 1641 conseiller du Roy en ses conseils d'état et privé, 
          - le 27 décembre 1639, Chevalier de l'Ordre de SAINT-MICHEL pour les services rendus en tant que Lieutenant Grand Prévôt de la Maréchaussée de Bretagne. 

René de LANJAMET est mort en 1672.

Il épousera le 10 octobre 1624 Hélène URVOY, demoiselle de Vieilleville, née 28 juillet 1608 et décédée à Saint-Étienne de Rennes le 16 février 1679 et inhumée à Miniac-sous-Bécherel, fille de Guillaume URVOY, seigneur de Bonabry, Miniac, Monefault et d'Hélène de HALOUAIS. 

De son mariage avec Hélène URVOY, René de LANJAMET eut un fils Guillaume de LANJAMET, seigneur de Miniac, qui épousa Mathurine de ROBIEN. Guillaume reprit ensuite le nom de VAUCOULEURS.

  1. Louis de LANJAMET

  2. Jean de LANJAMET

  3. Guillaume de LANJAMET, 

  4. N. de LANJAMET épouse le 29 août 1597 Guillaume LE MOINE, écuyer, seigneur de Calandriac, fils de Julien LE MOINE, seigneur de la Bouexière.

  5. Jacquemine de LANJAMET, épouse le 18 juin 1602 Gilles BERARD, écuyer, seigneur des Landes.

  6. Anne de LANJAMET, demoiselle de la Fresnaye, épouse le 28 janvier 1625 Christophe CHATON, seigneur des Vaux.

Après la mort de Christophe CHATON, elle épousera en seconde noce Guillaume URVOY, seigneur des Touches dont elle eut une fille.


Guillaume URVOY seigneur de Bonabry,

mort en 1620

dont:

  1. Hélène URVOY, demoiselle de Miniac;