-  Site en construction  -  Mise à Jour permanente  -


 

 

 

 

 

 

courrier@penguilly.com

 

  |   Le Vicomte   |   Habel   |   Chaton  |  Le Bel   |   

La Seigneurie de Penguilly



En 1760, une analyse approfondie est faite  à l'occasion de la production par Jean-Baptiste LE BEL, chevalier, seigneur de Penguilly et  des Vaux, de l'aveu auprès de la châtellenie de Lamballe . Cette analyse, faite par la châtellenie de Lamballe est destinée à connaître l'étendu réelle des droits seigneuriaux exercés par les seigneurs de Penguilly.
Les conclusions de l'analyse du rapporteur sont les suivantes:

1 - La seigneurie de Penguilly s'étend en Landéhen, Saint-Glen, La Malhoure, Maroué;
2 - Elle a prééminence en l'église de Saint-Glen et  et dans celle de Landéhen;
3 - Elle a Haute-justice.

 


Voici le texte exact des conclusions du rapporteur:

"Le 31 décembre 1760, l'avouant fournit une induction et une grande quantité de titres au soutien de son aveu, je ne les ai pas examinés parce que le travail eut été trop long et que ce n'est pas ici l'instant de le faire, je me bornerai donc à quelques observations sur l'aveu.

Nous n'avons que quatre titres où on ait référé les fiefs qui composent la seigneurie de Penguilly, savoir un minu du 17 novembre 1547, un aveu du 15 juillet 1556, un minu du 25 mai 1720 et un aveu du 31 décembre 1760. Le dernier est le seul qui donne l'étendue de ces fiefs. Pour voir si l'exposé qu'il en fait est véridique, il faudra donc examiner avec le plus grand soin les services qui lui ont été fait.

Ceux de ces fiefs qui se trouvent dans les quatre titres et qui, par conséquent, dépendent sûrement de la seigneurie de Penguilly sont:

En Landéhen

Les fiefs de Quehougan
Couepelle
La Huaunière
Launay Ruellan
Colhouer

En La Malhoure

Les fiefs de Saurun
Grand Villéon
Petit Villéon
Bas Bouexy
Bégace

Les fiefs qu'on trouve dans l'aveu de 1556, le minu de 1720 et l'aveu de 1760 sont les fiefs de:

En La Malhoure:

Le fief de Tertre Urvoy 

On trouve le fief de la Mesangière en Saint-Glen et celui de Vilouguy  en La Malhoure dans les aveux de 1556 et 1760, ceux de Gaudanges en La Malhoure, des Vieilles Haies en Landéhen et de Tablette en Maroué dans le minu de 1720 et l'aveu de 1760.

On ne trouve que dans le minu de 1547, les fiefs des Haies et Tertre-Buray, que dans l'aveu de 1536, le fief Duran et La Hardière et que dans l'aveu de 1760 les fiefs du Champs Besnard en La Malhoure, du Champs Ratel en Landéhen et de Rigole en Saint-Glen.

L'aveu porte que la métairie du Haiduran est composée des pièces que formaient autrefois le fief de Hazduran dépendant de la seigneurie de Penguilly, je ne vois donc aucun titre de fief de Haiduran.

Je remarque aussi qu'il n'y a que le minu de 1543 où il soit dit que tous les fiefs de Penguilly excepté ceux de Colhouex et de Launay-Ruellan étaient tenus en saisine de Bâton, et que ces deux seuls étaient tenus à devoir de lods et vente et rachat.

Le minu de 1547 donne à la seigneurie de Penguilly les 3/4 du Moulin Rault en Landéhen et le moulin du Haut-Nizeron en La Malhoure, l'aveu de 1556 porte moitié du Moulin Quilloury, 3/4 du Moulin Rault en Landéhen et le Moulin de haute division en La Malhoure. L'aveu de 1760 porte partie du Moulin Bertrand en Maroué et une Maise de Moulin en La Malhoure.

A l'égard des prééminences d'églises, les titres s'accordent à lui en donner à Saint-Glen et à Landéhen.

Le minu de 1720 et l'aveu de 1760 sont les seuls par lesquels les seigneurs de Penguilly se sont attribués des droits en Maroué, les autres ne leurs en donnaient qu'en Landéhen, Saint-Glen et La Malhoure.

A l'exception du minu de 1547, tous les titres qui réfèrent le degré de justice de Penguilly lui donnent la Haute Justice, celui-là seul n'attribue que la Moyenne."

Résumé

1 - La seigneurie de Penguilly s'étend en Landéhen, Saint-Glen, La Malhoure, Maroué.

2 - Elle a prééminence en l'église de Saint-Glen et Landéhen

3 - Elle a Haute Justice.